PLUS DE DETAILS 

  SUR LA CATHEDRALE:

L'édifice a été commencé par le choeur en 1120, mais il fut saccagé par les Huguenots sous le règne de Jeanne d'Albret. Aux XVIIè et XIXè s. d'importantes restauration sauvèrent la
cathédrale de la ruine.
Le chevet est purement roman.
La nef est voûtée en berceau plein- cintre, alors que les bas-côtés
sont en berceaux transversaux. Nombreux chapiteaux historiés.
Le sol du choeur est pavé d'une mosaïque du XIIè s. représentant des scènes de chasses. Edifice classé M.H. 

 

 SUR L'ORGUE:

 

Cet instrument a été construit par les compagnons de Dom Bedos
(Labruyère, Austruy, Maurroumec et Duhaut) vers 1750 pour une autre paroisse, peut-être à Bordeaux.

Grâce à la générosité du Chanoine d'Espalangue, l'orgue fut installé dans la cathédrale

En 1761.l'organiste titulaire, Achille Ducornet, effectue quelques réparations.

En 1869, Georges Wenner reconstruit l'instrument en gardant les buffets et les façades pour la somme de 23000 frs.
Il est inauguré le 20 février 1870 par Léandre Czerniewski et M. Legros organiste de St-Nicolas des Graves à Bordeaux.

En 1915, Michel Roger restaure et modifie légèrement l'instrument.

En 1953, un relevage est effectué par Pesce.

En 1978, Robert Chauvin effectue une restauration à l'identique.

Entre 1996 et 2000, Nicolas Toussaint restaure l'instrument.: Le rapport de la restauration

 Composition:

Buffet à deux corps en chataignier classé M.H.en juin 1972,
de style Régence peint vert et or.

Le grand buffet comporte 5 tourelles en mitre de 5 tuyaux et 4 plates-faces, tandis que le positif de dos comprend 3 tourelles en V de 5 tuyaux et 2 plates-faces de 10 tuyaux.


Le grand buffet a été abaissé afin de pouvoir le loger sur la tribune.
3 claviers de 54 notes et un pédalier de 27 notes.

Console en fenêtre.
Transmissions mécaniques avec assistance Barker.

Partie instrumentale classée M.H. en octobre 1989.

Orgue plus de détails